Népal

 

La traversée du Ganesh Himal 

Entre Langtang et Manaslu, le massif du Ganesh Himal est demeuré à l’écart des grands itinéraires de trek. Une terre inconnue où le sentier suit les courbes oblongues des cultures en terrasse, au cœur des ethnies montagnardes tamang et gurung.

Népal : la traversée du Ganesh Himal
Népal : la traversée du Ganesh Himal
Je savoure la chance d’avoir à mes côtés un pur enfant du pays, mon guide Dhane Gurung, qui parade tel un jeune coq sur « ses » sentiers. Des heures durant, Dhane m’enseigne l’art de sourire aux filles, comment chasser le mauvais sort en entrecroisant trois brindilles sur le sentier, quand il ne s’escrime pas à m’expliquer la complexe organisation sociale des Gurung, fondée sur différents groupes, clans, sous-clans ; les uns pouvant, ou pas, épouser les autres, etc. Pour être tout à fait honnête, j’oublie au fur et à mesure, je mélange allègrement le tout, et demeure, malgré des efforts réels, incapable d’identifier tel ou tel sous-clan au hasard de nos rencontres sur les sentiers. Tout juste parviens-je à établir un vague portrait-robot du Gurung lambda, à distinguer des traits physiques mongoloïdes, des détails vestimentaires tels que le châle dont les femmes se couvrent les cheveux ou la boucle qui orne couramment leur narine gauche.

Immersion en pays gurung

Je savoure la chance d’avoir à mes côtés un pur enfant du pays, mon guide Dhane Gurung, qui parade tel un jeune coq sur « ses » sentiers. Des heures durant, Dhane m’enseigne l’art de sourire aux filles, comment chasser le mauvais sort en entrecroisant trois brindilles sur le sentier, quand il ne s’escrime pas à m’expliquer la complexe organisation sociale des Gurung, fondée sur différents groupes, clans, sous-clans ; les uns pouvant, ou pas, épouser les autres, etc. Pour être tout à fait honnête, j’oublie au fur et à mesure, je mélange allègrement le tout, et demeure, malgré des efforts réels, incapable d’identifier tel ou tel sous-clan au hasard de nos rencontres sur les sentiers. Tout juste parviens-je à établir un vague portrait-robot du Gurung lambda, à distinguer des traits physiques mongoloïdes, des détails vestimentaires tels que le châle dont les femmes se couvrent les cheveux ou la boucle qui orne couramment leur narine gauche.
Népal : la traversée du Ganesh Himal
Népal : la traversée du Ganesh Himal
Lorsqu’on voyage en solo, le Ganesh Himal prend vite de douces saveurs d’exploration. Sans logistique autre que deux compagnons de route népalais, on compose le programme au jour le jour, en fonction de l’état de forme, des possibilités d’hébergement chez l’habitant, de la météo, etc. Le tout avec un équipement minimal, le plus haut col ne dépassant pas 4 000m et la plus longue distance entre deux villages pouvant être effectuée dans la journée.

Le Népal des villages, au jour le jour

Lorsqu’on voyage en solo, le Ganesh Himal prend vite de douces saveurs d’exploration. Sans logistique autre que deux compagnons de route népalais, on compose le programme au jour le jour, en fonction de l’état de forme, des possibilités d’hébergement chez l’habitant, de la météo, etc. Le tout avec un équipement minimal, le plus haut col ne dépassant pas 4 000m et la plus longue distance entre deux villages pouvant être effectuée dans la journée.
Népal : la traversée du Ganesh Himal
Proche du Tibet, le village de Gatlang est un chef-d’oeuvre d’architecture. Alignées en rang d’oignons le long de ruelles verticales, ouvertes sur l’est par une façade de bois ouvragée, les maisons de Gatlang évoquent immanquablement l’influence tibétaine, et notamment la vallée de Kyirong, un beyul, autrement dit une « vallée cachée » dans la culture du bouddhisme tibétain. Nous sommes désormais en pays tamang, comme l'indiquent certains détails vestimentaires. Les femmes ont ainsi une manière très particulière de nouer leur tablier (forcément à carreaux rouges), et on rencontre encore ça et là quelques femmes âgées arborant d'ostensibles boucles d'oreilles de cuivre.

Influence tibétaine

Proche du Tibet, le village de Gatlang est un chef-d’oeuvre d’architecture. Alignées en rang d’oignons le long de ruelles verticales, ouvertes sur l’est par une façade de bois ouvragée, les maisons de Gatlang évoquent immanquablement l’influence tibétaine, et notamment la vallée de Kyirong, un beyul, autrement dit une « vallée cachée » dans la culture du bouddhisme tibétain. Nous sommes désormais en pays tamang, comme l’indiquent certains détails vestimentaires. Les femmes ont ainsi une manière très particulière de nouer leur tablier (forcément à carreaux rouges), et on rencontre encore ça et là quelques femmes âgées arborant d’ostensibles boucles d’oreilles de cuivre.
Népal : la traversée du Ganesh Himal
Népal : la traversée du Ganesh Himal